Paralava, 2021

Installation pouzzolane, métaux fondus. Molybdomancies réalisées in situ 2021.

« dans le ventre de la terre »
Charlotte Charbonnel prend pour pivot de son exposition l’éruption volcanique. Elle expose les différents états de la matière issus de cette déflagration qui déchire le sol, vomit en gerbes son magma, propulse des lambeaux de cette pâte et des roches pulvérisées par la violence des gaz. Viennent ensuite les « cendres », de fines poussières dont les dimensions se mesurent en microns s’élevant en un tourbillon pour aller se déposer à des kilomètres à la ronde sur les arbres ou lestoits des maisons…
En cet instant tout est calme, nous nous engageons au fond du cratère, sous le porche d’une caverne aux stalactites couleur cerise. Sous nos pieds s’épandent les traces des jeux monstrueux de la terre que nous imaginions pourtant figée dans une placide tranquillité : ruissellements, éclaboussures, coulées sont comme autant de traces de sa masse en fusion. Une langue de lave s’étale, étrange peau irisée que des gaz sont venus boursoufler jusqu’à la fissurer. Plus loin se dresse un monticule, tel une colonne de lave déchaussée par l’érosion. Partiellement recouvertes par la pouzzolane, les scories accidentées de bronze et d’aluminium jetées à chaud, saisies et sculptées par l’eau vive de la Durolle, scintillent comme de gros bijoux fondus. Dans le folklore
local, il se raconte qu’un trésor serait caché sous cette rivière dont la force hydraulique alimentait autrefois les rouets de la coutellerie du Creux de l’enfer. A ce récit en strates fait écho la longue lame en acier damassé qu’a réalisé l’artiste pour une exposition dans la grotte du Creux de l’Enfer en 2019, avec la coutellerie Claude Dozorme située près de Thiers. La surface mordue par l’acide fait apparaître le feuilletage, les plis, la structure occultée dans l’épaisseur de la matière. Cette lame que l’artiste qualifie de « ligne temporelle » condense symboliquement le double mouvement de contraction et d’étirement du temps par lequel elle traduit visuellement, et tout au long de l’exposition, les mouvements telluriens: effluves, poussées, émanations…
Marguerite Pilven

 
Installation of pozzuolana and molten metal. Molybdomancies realized in situ, 2021.

 
« In the Belly of the Earth »

Charlotte Charbonnel makes the volcanic eruption the pivot of her exhibition. She presents the different states of matter resulting from deflagrations that tear the ground, vomit its magma in sprays, propel shreds of paste and rocks pulverized by the violence of gases. Then come the « ashes », fine dust whose dimension is measured in microns, rising in whirlwinds before falling miles away on trees or house roofs…
At this moment everything is calm, we step into the bottom of a crater under the porch of a cavern with cherry-colored stalactites. Underneath our feet spread the traces of the monstrous activity of the Earth that we believed to be in a frozen and placid tranquility: trickles, splashes, flows like so many manifestations of its molten mass. A lava strip spreads out, strange and iridescent skin that gases blistered until it cracked. Further away, a lava hill rises, like a column demolished by erosion.
Partially covered by pozzolan, the organic scorias of bronze and aluminum casted, seized and sculpted by the living water of the Durolle, sparkle like large melted jewels. In the local folklore, it is said that a treasure would be hidden under this river whose hydraulic power once fed the wheels of the cutlery of the Creux de l’enfer. This layered story echoes the long damascus steel blade the artist made for an exhibition in Creux de l’Enfer’s cave in 2019, with Claude Dozorme cutlery factory, located near Thiers. The surface eroded by the acid reveals the layers, the folds, the structure hidden within the thickness of the material. The artist sees in this blade a « temporal line »
symbolically condensing the twofold movement of contraction and stretching of time by which it visually transposes tellurian movements thoughout the exhibition: effluents, pushes, emanations…
M P

 

 

Crédit photo : Vincent Blesbois

  • 82-paralara1
  • 82-paralara2
  • 82-paralara3